LE BILAN DE COMPETENCES

C'est :

  • Repérer les compétences et aptitudes liées à votre expérience personnelle et professionnelle
  • Identifier vos ressources et potentiels mobilisables
  • Clarifier vos centres d’intérêts et vos motivations
  • Mieux connaître les métiers, les filières, les formations
  • Appréhender les attentes du monde du travail

Pour :

  • Définir des axes d’orientation professionnels réalistes
  • Valider un projet professionnel
  • Elaborer un projet professionnel (évolution, reconversion, gestion de carrière…)
  • Déterminer une stratégie d’action pour la mise en œuvre du projet (recherche d’emploi, projet de formation, VAE…)

Déroulement

Cet accompagnement s’effectue dans le cadre d’entretiens individuels selon une méthodologie spécifique. La durée, le contenu et l’organisation du bilan sont individualisés pour tenir compte de la situation du bénéficiaire.

Le bilan dure de 20 à 24 heures réparties sur 2 à 4 mois. Le conseiller-bilan, tenu au secret professionnel, est garant d’une pratique qui s’inscrit dans le respect de la déontologie et de la confidentialité (article L 900-4 du code du Travail).

Financement

Le bilan de compétences s’adresse à tous les salariés quel que soit leur statut ou leur qualification quel que soit leur niveau scolaire ou leur âge. Il est mis en œuvre dans le cadre d’un congé de bilan de compétences (financé par un OPACIF) à l’initiative du salarié ou dans le cadre d’un plan de formation, après demande de l’entreprise et en concertation avec le salarié, ou encore dans le cadre du Compte Personnel Formation (CPF), à l’initiative du salarié et en concertation avec l’entreprise si le bilan se déroule sur le temps de travail.

Le bilan peut se dérouler sur le temps personnel ou sur le temps de travail.

Dans le cadre du congé bilan :

Pour les salariés en Contrat à Durée Indéterminée :

Justifier d’au moins 5 années d’activité salariée dont 12 mois au sein de l’entreprise ;

Pour les salariés en Contrat à Durée Déterminée :

Justifier de 24 mois consécutifs ou non, quelque soit la nature des contrats au cours des 5 dernières années dont 4 mois, consécutifs ou non, au cours de 12 derniers mois. Un dossier de Congé Bilan de Compétences doit être déposé auprès de l’OPACIF concerné 2 mois avant le démarrage du bilan. L’OPACIF donnera son accord pour un financement, après examen du dossier en commission.

Dans le cadre du plan de formation :

Le bilan est demandé par l’employeur et ne peut se faire qu’avec le consentement du salarié. Le salarié dispose d’un délai de 10 jours pour se renseigner sur les modalités du bilan auprès de l’organisme prestataire déterminé par son entreprise et pour se décider. En cas d’accord, une convention tripartite entre le salarié, l’entreprise et l’organisme prestataire est mise en place. Les dépenses engagées, la prestation proprement dite et la rémunération sont prises en charge par l’employeur.

Dans le cadre du Compte Personnel Formation :

Le bilan de compétences est éligible au Compte Personnel Formation (CPF) depuis le 1er janvier 2017. Le bilan de compétences est accessible par tous les titulaires d'un compte CPF. Les heures acquises au titre du DIF et non utilisées au 31/12/2014 sont transférables sur le CPF. Les demandeurs d'emploi peuvent également mobiliser leur CPF pour faire un bilan durant leur période de chomâge.

Modalités de mise en oeuvre :

Il faut se connecter à son compte CPF via le site moncompteformation.gouv.fr, puis créer un dossier de formation. Le code CPF du Bilan vous sera demandé pour compléter votre dossier de formation, il s'agit du code 202.

Bilan hors ou sur le temps de travail :

Si le bénéficiaire souhaite réaliser un bilan au titre du CPF en dehors du temps de travail, l'accord de l'employeur n'est pas nécessaire.

Le bénéficiaire qui souhaite réaliser un bilan au titre du CPF sur le temps de travail doit adresser une demande écrite à son employeur, au minimum 60 jours avant le début du bilan.

CPF et licenciement :

Contrairement au DIF, le Compte Personnel Formation (CPF) permet à son titulaire de conserver ses droits quel que soit le changement de situation professionnelle (licenciement, rupture conventionnelle...). Le salarié peut donc demander à bénéficier de son CPF en cas de licenciement, que ce soit pour motif économique ou pour motif personnel (même en cas de faute grave ou lourde).